mardi 21 septembre 2021
Se Connecter à votre compte

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

    Si vous etes déjà abonné sur notre site et vous n'arrivez pas à vous connecter, contacter nous !

Le salaire de l'Ingénieur, tendances de l'année 2013 Spécial

Le Maroc a lancé en 2006 le programme national de former 10 000 ingénieurs par an , ce dernier est arrivé à terme en 2010. Les grandes écoles et universités ont pu former plus de 12 000 ingénieurs en 2010. L’état a décidé d’augmenter ce nombre et a envisagé la formation de 15 000 ingénieurs par ans à l’horizon de 2015 et 20 000 ingénieurs en 2020.

La question qui se pose à ce point est la suivante : es ce que le marché de l’emploi est pret pour accueillir ces milliers d’ingénieurs ?

En 2011, les 10 000 ingénieurs qui ont été formé ont réuissi à s’insérer dans le marché de l’emploi sans trop de difficultés. Le secteur des technologies de l’information et du génie civil on digérer une quantité intéressante de ces bataills d’ingénieurs.

En 2012, ce n’est pas du tout le meme scénario, l’insértion est devenue trés délicate . ceci est du essentiellement à la crise économique et financière qui traverse le pays et aussi du aux retards enregistrés par le lancement des concours de recrutements dans la fonction publique et sans oublier les recrutements au niveau du privé.

La crise qui a menacé l’espagne est venue exercer plus de pression sur notre marché .En effet, de plus en plus d’ingénieurs ibériques viennent s’installer dans le Royaume pour y travailler, en particulier dans le secteur de l’énergie et des infrastructures. D’après une carte interactive élaborée par Structuralia, l’un des leaders espagnols dans le secteur de l’énergie, de l’ingénierie et des infrastructures, le Maroc constitue de fait le second pays en termes d’opportunités de marché et donc d’emploi, pour les ingénieurs et entreprises espagnoles de ce domaine, aux côtés de la Thaïlande et de la Russie. «La crise a fait que les ingénieurs ibériques s’expatrient à travers les entreprises ibériques travaillant au Maroc.

Ces entreprises font recours à leurs compatriotes car elles ne peuvent pas se permettre de recruter des débutants et elles ne trouvent pas de pesonnel expérimenté.

Ce qu’on peut tirer de ce point qu’il faut adapter les formations aux seins des écoles aux besoins du marché de l’emploi. Aussi, les objectifs lancés par les programmes porte principalement sur un aspect quantitatif à savoir 20 000 ingénieurs en 2020, et sachant que les grandes écoles d’ingénieurs publiques n’ont pas la capicité de former memes la moitié de ce nombre, l’autre moitié sera formé par les ingénieurs dits assimilés. Ces diplomes ne peuvent pas etre considéré assimilés aux diplomes donnés par les grandes écoles, tout simplement car les garndes écoles exigent une grande sélection.

D’autant plus que les masters des écoles privées ne sont pas accrédités par le ministère de tutelle. Il faut dire que l’intégration des «assimilés» trouve sa justification dans la volonté du Maroc de se mettre au diapason des établissements internationaux quant au calcul de ses benchmarks en matière de nombre d’ingénieurs formés pour drainer plus d’investissements internationaux.

Aujourd’hui, les technologies de l’information recrutent sans oublier la concurrence entre les ingénieurs et masters d’université est rude tirant les salaires vers le bas, et pour illustrer ce problème , il y a des lauréats à qui les entreprises ont proposé des salaires entre 5000DH et 7000DH !!.

Le génie civil recrute également avec des salaires plus conséquents, rareté oblige, car très peu d’établissements forment pour le secteur . Idem pour les énergies renouvelables où c’est aussi nouveau eu égard aux grands projets que le Maroc a lancés. L’agriculture n’est pas en reste, surtout pour les besoins de l’agroalimentaire, du génie rural et de la topographie. La mécanique revient à la mode eu égard à la mise en place de la zone industrielle de Tanger TFZ et de l’usine Renault. Enfin, les métiers de la logistique commencent à pointer leur nez timidement et de plus en plus d’étudiants commencent à s’intéresser à ces derniers. Il est à noter que les ingénieurs en étude et développement sont rares et très peu de bureaux d’études existent au Maroc.

 

 

Hicham T.

Passioné par le monde de technologie :)

Site internet : almohandiss.com
Connectez-vous pour commenter